Corps rouge

Corps rouge est un dispositif de réalité augmentée pour favoriser les rencontres multi-culturelles.

Le projet a été présenté lors de la Soirée F5 au Musée de la civilisation à Québec, en partenariat avec La Chambre Banche dans le cadre de la Semaine numérique de Québec.

Le projet a été présenté dans le cadre de Sondes – co création, à Haïti.

Sondes est un projet d’intervention, de création et de solidarité adoptant les schèmes d’opérations des pratiques numériques ouvertes (DIY, logiciel libres, open hardware,…) avec pour pilliers principaux le partage, la collaboration et l’indépendance par l’interdépendance. Des artistes montréalais sont délégués pour réaliser des ateliers créatifs avec d’autres artistes du continent africain. Les artistes invités par PERTE DE SIGNAL sont appelés à développer des projets artistiques avec des pairs africains et à présenter leur travail lors de divers événements.

Projet SONDES- PERTE DE SIGNAL

Body Hit

Body Hits  – Installation performance immersive et interactive

Le projet, Body Hits (clics corporels) est une performance interactive audiovisuelle immersive. Il explore la tension entre le corps réel et l’écran, ainsi que les liaisons entre la cognition spatiale et la perception de paysage virtuel. Les capacités expressives d’un performeur sont étendues par son avatar dans un environnement immersif. Il agit comme un médiateur entre le public et le dispositif. Il joue à modifier le paysage virtuel et spatialise par ces mouvements corporels des « événements » sonores et visuels. La représentation de son avatar explore les possibilités et les « effets » de la représentation non figurative du corps. Le paysage devient son double. Ce projet explore également la capture de mouvement par des systèmes informatiques à la fine pointe de la technologie. Cette technique permet de restitution les mouvements et les expressions des performeurs à la perfection et procure la « matière première » utilisée comme source d’images ou comme des données spatiales brutes.

 

La ville la nuit

LA VILLE LA NUIT — Vidéo immersive panoramique

L’inspiration du projet La ville la nuit tient à ma fascination pour les lumières rutilantes de la ville. Enfant, je regardais du haut du Mont Mussy, les lumières de Genève au loin. Je rêvais à ma vie d’adulte, pleine de découverte et de rencontre. Le temps passe et je veux aujourd’hui me rappeler l’excitation que m’inspiraient ces scintillements. Les thèmes de ce projet sont les émotions de la vie nocturne : sauvages (dynamisme du son), sensuelles (couleurs saturées) et abstraites (formes primitives 3D). Le paysage est en mutation. Il s’étire, se contracte, s’étiole. Il se compose à partir de fragment d’images, parfois photographiques, souvent abstraites, toujours sur une structure géométrique. On est en dedans et en dehors de ses limites. Les sons proviennent de toutes les directions. Vertige. On entre dans le tourbillon bouillonnant.

Description :

Description du projet Ville la nuit

Présentations :

  • Musée National des Beaux-arts, Taiwan (2010)
  • Libre Graphics Meeting, Montréal (2009)
  • Festival du nouveau cinéma (FNC), Montréal (2007)

Dossier de presse :

 

Migration numérique

MIGRATION NUMERIQUE — Portraits numériques interactifs et génératifs

La migration numérique consiste en une séance de plusieurs actes. La rencontre commence par la numérisation de la tête des modèles. J’utilise un Handyscan 3D1, un scanneur laser à main autopositionné. Le modèle 3D terminé est installé dans un logiciel interactif de création visuelle que j’ai développé. Alors, le modèle, le logiciel et l’artiste jouent avec ce modèle 3D. Le modèle construit de manière interactive son portrait.

Certaines des images résultant de cette rencontre sont sauvegardées, afin de reconstituer l’expérience. Le portrait est donné au modèle, imprimé ou en copie électronique. À la suite de ces deux jours de rencontre, pendant le temps d’exposition, les visiteurs pourront interagir avec les portraits exposés sur un Emac, posé sur un socle d’exposition.

Vivre la migration numérique devient une initiation. Une expérience peu commune de subsistance dans l’immensité numérique. Migration numérique, c’est plus qu’un portrait : c’est l’expérience d’un devenir numérique.

J’axe ma recherche sur la notion d’expérience du modèle et particulièrement de l’expérience de la relation à l’autre à travers une représentation augmentée de la réalité dans un contexte d’immersion vidéographique. C’est une expérience individuelle qui est située à l’opposée des médias de masse.

Référence :

Expositions :

  • Daimon – 30 ans (2016)
  • Piquenique numérique – Québec numérique (2013)
  • Biennale internationale d’art numérique — Élektra, Montréal (2012)
  • Québec capital créative, Intelligent Community Forum, Ville de Québec (2012)
  • PAVED Arts, Saskatoon (2010)
  • Centre d’art actuel Skol, Montréal (2010)

Soleil

SOLEIL — Paysages numériques interactifs et immersifs, basés sur l’instrumentalisation de l’expérience subjective par l’analyse du comportement.

 

Soleil est une installation interactive et immersive dans laquelle le visiteur expérimente des stimulations sensorielles (sons et couleurs) qui modifient sa perception de l’espace. Un à un, le public est invité à entrer dans la sphère lumineuse, Soleil. L’expérimentateur est alors métaphoriquement au centre du soleil. Ébloui par la lumière, il ferme les yeux. Mais il continue à sentir à travers ses paupières les impulsions et les mouvements des lumières colorées. Le projet commence à ce point, dans les images mentales de la conscience de l’expérimentateur.

Un à un, les visiteurs sont invités à entrer dans la sphèrelumineuse, Soleil. Une fois à l’intérieur de cet espace de lumière et de son, le participant, par ses mouvements et son comportement, déclenche des sons et des effets lumineux qui vont le transporter dans des étendues imaginaires, des paysages intérieurs de sa conscience. Le visiteur expérimente des stimulations sensorielles, sons et couleurs, qui modifient sa perception de l’espace. Il perçoit et agit en même temps par son regard sur une œuvre réfléchissant son intériorité, évoquant son rapport au monde.

Cette exposition est accompagnée d’un projet de médiation culturelle technologique adressée aux jeunes du quartier. La médiation désigne des stratégies d’action culturelle centrées sur les situations d’échange et de rencontre entre les citoyens et les milieux culturels et artistiques. L’artiste Jean-Ambroise Vesac propose aux adolescents  de participer au processus de création de son oeuvre Soleil. Les jeunes capteront sons et bruits dans leur environnement afin de générer une partition musicale qui sera intégrée à l’oeuvre durant l’exposition.

Références :

Expositions :

  • Soirée F5, La Chambre blanche, Musée de la Civilisation Québec (2016)
  • Biennale internationale d’art numérique — Élektra, Montréal (2014)
  • Galerie L’Avant-Scène — Universite de Nice Sophia-Antipolis, France (2012)

Faire corps

« Faire corps » est un dispositif d’interaction collective qui propose aux usagers de participer ensemble à la révélation d’une image les représentant.

Cette installation a été commandée par la Maison pour la Danse de la Ville de Québec grâce à la Politique d’intégration des arts à l’architecture du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

URL du projet :

Oeuvre 1%

Dossier de presse :

https://www.lefil.ulaval.ca/numerique-corps-danse/ 

Coexistence – Howl-Hurler

Le projet HOWL-Hurlement est en cours de réalisation et provient de la rencontre du collectif ITWÉ et de JAV suite à une proposition d’exposition par le centre d’exposition de Val d’Or.

Sur le concept de COEXISTENCE, le collectif ITWÉ et l’artiste Jean-Ambroise Vesac exploreront par le biais d’installations interactives la coexistence et l’hybridation des identités culturelles distinctes. L’expérience sera une exploration interactive et immersive de la coexistence entre les humains et les robots virtuels au sein d’un paysage génératif. Centre d’exposition de Val-d’Or.

Les réalités mixtes sont mises en œuvre par une application multijoueur en simulation située dans l’objectif de servir d’espace de co-création et de proposer une expérience artistique multiculturelle au croisement des codes esthétiques de la salle d’exposition, de l’espace public extérieur et du web.


Équipe de réalisation

Lise Kniebihler, modélisation 3D

Jean-Michel Laliberté, développement

Avec le soutien de la  FUQAT

Scène virtuelle

Le projet SCNVIR met en œuvre deux axes des arts numériques, la réalité augmentée grand déploiement et l’être-ensemble numérique. Cette recherche-création aborde l’instrumentalisation de l’être-ensemble dans les réalités mixtes. Elle met en œuvre les effets d’agentivité de groupe dans l’émergence de l’expérience de l’être-ensemble numérique. Ce projet de réalité augmentée transforme l’espace public en une scène virtuelle. C’est un espace hybride, où l’être-ensemble numérique est une rencontre musicale interactive. Les participants recomposent le paysage sonore par leurs déplacements. Le contact des corps virtuels provoque le basculement vers un univers visuel et rythmique propre à la culture numérique underground. L’originalité de ce projet tient dans l’expérience proposée aux participants et dans l’innovation du dispositif.